French (Fr)

Economie

Deuxième pôle économique marocain après Casablanca, l'activité industrielle de Tanger est diversifiée : industries textiles, chimiques, mécaniques, métallurgiques et navales. La ville dispose actuellement de quatre zones industrielles dont deux ont un statut de zone franche (la Tanger FreeZone et la Zone franche portuaire). L’infrastructure de la ville du détroit est importante : un port  gérant les flux de marchandises et de voyageurs (plus d’un million de voyageurs par an) intégrant un port de plaisance et un port de pêche.

Le chemin de fer relie la ville à Rabat, Casablanca et Marrakech au sud ainsi qu’à Fès et Oujda à l’est.
L’autoroute, opérationnelle depuis 2005, relie Tanger à Rabat et aux autres grandes villes marocaines. 
L’Aéroport international de Tanger - Ibn Batouta est situé à Boukhalef, à 15 km au sud-ouest du centre de la ville, sa capacité vient d'être portée à 1,5 millions de passagers par an. 
Des lignes de ferrys régulières relient Tanger à Algesiras, Tarifa, Barcelone en (Espagne), Sète, Port-Vendres en(France) et Gênes en (Italie).

Station balnéaire importante, Tanger dispose d’infrastructures hôtelières et touristiques variées, d'une vaste plage sur plus de 7 km, et d’une médina (ville ancienne) où se développe un commerce artisanal (maroquinerie, articles en bois et en argent, vêtements traditionnels et chaussures…).

La ville est également en passe de devenir une plaque tournante du trafic maritime commercial avec l'ouverture du port Tanger Med qui a pour vocation de faciliter le commerce maritime. Ainsi, depuis mai 2010, l'essentiel du trafic est orienté vers le nouveau port de Tanger Méditerranée (Tanger Med) situé à une quarantaine de kilomètres à l'Est de la ville.

Ce port est situé sur la seconde voie maritime la plus fréquentée au monde, le Détroit de Gibraltar avec plus de 100 000 bateaux par an. Son activité principale est le transbordement de conteneurs. Les porte-conteneurs  géants débarquent leurs marchandises sans dévier de leur route et repartent aussitôt, à charge, ensuite, à de plus petits navires, ou feeders ships de desservir des ports de second ordre.

Les années 2007-2008 seront particulières pour la ville du détroit à cause de l’achèvement des grands projets en construction, en l’occurrence le deuxième port Tanger Méditerranée et ses zones industrielles, un Stade Ibn Batouta de 45 000 places, un centre d’affaires, des installations touristiques, l’aménagement du centre ville ainsi que la construction de nouvelles lignes autoroutières et ferroviaires.

Le tunnel sous la Méditerranée entre l'Espagne et Tanger en est au stade de l'étude de faisabilité avec la coopération des ingénieurs marocains et espagnols. Le projet colossal nécessite des travaux menés par les deux sociétés publiques, la Société nationale des études du détroit (SNED) et la société espagnole SECEGSA, qui ont conclu à la faisabilité d'un tunnel d'une quarantaine de kilomètres reliant Tarifa, en Espagne, à la région du cap Malabata, près de Tanger. Un tronçon de 28 km sera construit sous l'eau et le reste sous terre des deux côtés du détroit.

Une fois résolus les principaux obstacles techniques, le projet entrera dans sa seconde phase de détermination des sources de financement. Le budget, initialement prévu pour la construction de ce tunnel, oscille entre 4 et 5 milliards d'euros que devraient assumer l'Union européenne, l'Espagne, le Maroc, et probablement des investisseurs privés, Ce qui ferait du tunnel sous-marin l'un des plus longs et des plus coûteux au monde.